Archive de l’étiquette Torticolis congénital

Au secours ! Mon bébé a la tête plate (plagiocéphalie)

Les causes de la plagiocéphalie ne sont pas encore tout à faire établies et font débat. Il y a cependant plusieurs causes sont suspectées comme étant des facteurs favorisants.

Pourquoi mon bébé a-t-il la tête plate ?

Causes possibles :

  • Cause intra-utérine : on constate que, notamment, les jumeaux ou le premier bébé ont plus de risque de développer une plagiocéphalie. L’hypothèse avancée est que ceux-ci disposent de trop peu de place in-utéro, ce qui provoquerait un aplatissement du crâne.

    Enfant non-atteint de plagiocéphalie

    Enfant non atteint de plagiocéphalie

  • Cause mécanique : durant l’accouchement, le bébé peut subir d’importants traumatismes liés aux contraintes qui lui sont imposées. Le traumatisme peut être plus important dans le cas d’une “mauvaise” présentation, utilisation de forceps ou ventouse, accouchement long, position durant l’accouchement… Durant l’accouchement, il est parfois obligé de tourner de manière importante sa tête, ce qui peut lui provoquer un torticolis congénital. Le torticolis ne lui permettant pas de bouger sa tête comme il le souhaite, il va créer au fil du temps un point d’appui sur son crâne.
  • Le torticolis : provenant de causes multiples, celui-ci empêche votre enfant de bouger comme il le veut.
  • Position prolongée sur le dos : la position sur le dos est une position uniquement pour dormir. Il faut proposer à votre enfant d’autres positions quand il est éveillé. Il faut également éviter de bloquer votre enfant et lui permettre de bouger quand il est éveillé.
  • Manque de vitamine D de la maman : ceci rendrait les os du crâne du bébé plus malléable.

Quelles sont les conséquences ?

On a longtemps pensé que la plagiocéphalie n’avait que très peu d’impact sur la vie de l’enfant, si ce n’est le côté esthétique et qu’elle se corrigeait toute seule.

Cependant, les répercussions morphologiques peuvent être graves dans la mesure ou l’enfant peut être victime de problèmes psychologiques liés à cette malformation.

Mais encore, des études ont démontré que la plagiocéphalie peut avoir des conséquences neurologiques avec un retard neurosensoriel lié à l’asymétrie cérébrale et à la perturbation de l’influx nerveux. Ils ont constaté : des retards d’acquisition motrice, une altération du traitement central du son, une augmentation de prise en charge, ainsi qu’un moins bon score cognitif et langagier. Bien que les problèmes cités soient mineurs, il est nécessaire de rester attentif au développement de l’enfant.

Ensuite, ils peuvent souffrir de problèmes au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire, ce qui entraîne des problèmes dentaires.

Pour finir, dans le cas de plagiocéphalie grave il est également possible de trouver des complications de scolioses ou de strabisme.

Quel est le traitement ?

Il est nécessaire qu’un bilan soit réalisé le plus tôt possible, par un professionnel de santé. Les os du crâne sont très malléables à la naissance, c’est donc à ce moment que les professionnels ont le plus d’impact sur la pathologie.

Le premier traitement de la plagiocéphalie est avant tout préventif.

  • À chaque coucher, il est nécessaire  de positionner la tête de votre nouveau-né une fois à gauche et une fois à droite en alternance.
  • Lorsque votre enfant est éveillé et sous surveillance, mettez-le sur le ventre ou sur le côté. Il est très important de varier les positions.
  • Alternez les côtés pour le biberon ainsi que dans le portage.

    Le traitement par la kinésithérapie

    Le traitement par la kinésithérapie

  • Eviter de bloquer l’enfant dans des chaises, maxicosi, relax … Favoriser un maximum le tapis de jeu. (Maximum 20 minutes par jour dans le maxicosi).
  • N’hésitez pas à changer le parc/tapis de place, votre enfant aura tendance à tourner volontiers sa tête du côté de la fenêtre.
  • Dans le cas d’une plagiocéphalie déjà établie, il est nécessaire de stimuler l’enfant à tourner sa tête de l’autre côté. Les jouets, la fenêtre, le portage seront toujours faits dans le but de favoriser la rotation vers le côté faible.
  • Favoriser le portage physiologique en écharpe.

Ensuite, le traitement doit être complété par un/des professionnels ;

La kinésithérapie

La prise en charge doit être effectuée le plus tôt possible. Une prise en charge dès la naissance permet une nette diminution des séquelles de la plagiocéphalie.

Le kinésithérapeute permet de maintenir et augmenter la mobilité, et permet de travailler de manière active l’alignement et la symétrie chez l’enfant.

 

La chirurgie ou le casque

Dans les cas graves ou non améliorés par les traitements cités avant. Il s’agit de traitements peu utilisés. Ce ne sont pas des traitements de première intention.

Si vous avez des questions, prenez contact ou prenez rendez-vous avec votre kinésithérapeute pédiatrique